TWAIL’S OTHERS: A CASTE CRITIQUE OF TWAILERS AND THEIR FIELD OF ANALYSIS

Srinivas Burra

Abstract


Third World Approaches to International Law [TWAIL] constitutes a significant method of analysis of contemporary international law. TWAIL as a methodological framework continues the tradition of critical scholarship in international law. Arguably it can be considered as a major methodological framework emerged in international law after the end of the cold war. Unlike some other critical traditions of international law scholarship, TWAIL claims to accommodate varying conceptual standpoints to reflect on international law critically. This feature of TWAIL scholarship seems to reflect the prevailing suspicion of conceptual metanarratives at the time when TWAIL as a methodological framework was emerging. A noteworthy feature of the TWAIL framework is that it broadly defines its field of analysis by claiming to represent the concerns of the global south.  However, a dispassionate interrogation arguably reveals that TWAIL, despite coming as a response to the colonialist and post-colonial hegemonic frameworks of international law, does not seem to capture the concerns of all the margins. In other words, TWAIL does not seem to reflect the multitude of mainstream international law’s others in terms of their subjective participation in knowledge production as well as in terms of their lived experiences becoming subjects of analysis. An example of this in the South Asian context is the marginalization of peoples of lower castes and indigenous peoples, who are historically kept away from knowledge production and whose lived experiences only recently received the attention as subjects of serious analysis. TWAIL scholarship does not seem to reflect this glaring reality. An attempt is made to analyze the probable reasons behind this exclusion, looking at the social being of the TWAIL intellectual, and to emphasize on the need of the organic TWAIL intellectual.

 

Le mouvement Third World Approaches to International Law (TWAIL) constitue une importante méthode d’analyse du droit international contemporain. En tant que cadre méthodologique, TWAIL poursuit la tradition de la recherche universitaire critique en droit international. On peut considérer TWAIL comme un cadre méthodologique majeur qui a vu le jour dans le droit international après la fin de la guerre froide. Contrairement à certaines autres traditions critiques de la recherche universitaire, TWAIL prétend concilier des points de vue conceptuels variés pour avoir une réflexion critique sur le droit international. Cette caractéristique de la mission de recherche de TWAIL semble cristalliser le soupçon prédominant de l’existence de métadiscours conceptuels à l’époque où TWAIL émergeait en tant que cadre méthodologique. Une des particularités dignes de mention du cadre de TWAIL est qu’il définit  son champ d’analyse en affirmant représenter les préoccupations du Sud. Toutefois, un questionnement dépassionné révèle peut-être que bien que TWAIL soit une réponse aux cadres hégémoniques colonialistes et postcoloniaux du droit international, ce mouvement ne semble pas englober les préoccupations de tous les courants marginaux. Autrement dit, TWAIL ne semble pas être le reflet de la multitude d’autres acteurs habituels du droit international en ce qui concerne leur participation subjective à la production de connaissances comme en ce qui concerne la transformation de leur expérience vécue en sujets d’analyse. On peut citer comme exemple, pour l’Asie du Sud, la marginalisation des peuples des castes inférieures et des peuples indigènes, qui sont depuis toujours tenus à l’écart de la production de connaissances et dont on s’intéresse à l’expérience vécue comme sujet d’analyse sérieuse depuis peu. La mission de recherche de TWAIL ne semble pas prendre en compte cette flagrante réalité. On tente ici d’analyser les raisons probables de cette exclusion en se penchant sur l’être social de l’intellectuel TWAIL et de mettre l’accent sur la nécessité de l’intellectuel organique TWAIL.


Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.22329/wyaj.v33i3.4892

Copyright (c) 2017 Srinivas Burra