UN GRAIN DE SABLE DANS L’ENGRENAGE DU SYSTÈME JURIDIQUE. LES JUSTICIABLES NON REPRÉSENTÉS: PROBLÈMES OU SYMPTÔMES?

Emmanuelle Bernheim, Richard-Alexandre Laniel

Abstract


Les justiciables non représentés sont de plus en plus nombreux à tenter de faire valoir leurs droits, y compris devant le plus haut tribunal du pays, ce qui n’est pas sans conséquences, tant pour les acteurs du système juridique que pour les justiciables eux-mêmes.

Dans le présent article, les auteurs s’intéressent au discours doctrinal sur le phénomène de la non-représentation. Ils constatent dans un premier temps que les justiciables non représentés sont généralement tenus seuls responsables de la situation problématique provoquée par leur présence. Ils démontrent dans un deuxième temps comment l’ensemble des solutions proposées vise d’abord le maintien des conditions « normales » de fonctionnement du processus judiciaire, sans proposer de réflexion holistique ou systématique sur la question. Ils explorent finalement l’idée selon laquelle les fondements paradigmatiques de la raison juridique seraient les principaux obstacles à l’absence de réflexion globale et à l’incapacité de mettre en place efficacement des changements majeurs.

 

The number of self-represented litigants [SRL] that are trying to defend by themselves their rights are increasing constantly, even in the highest tribunals. This situation is not without consequences for both the actors of the legal system and the SRL themselves. In the last years, many initiatives have been taken in order to contain the negative effects of the presence of SRL in the system.

In this article, the authors are analysing the discourse coming from the legal doctrine on the phenomenon of self-representation. First of all, they find that SRL are generally held as the only responsible for the annoying consequences provoked by their very presence. Secondly, they demonstrate that the majority of the solutions submitted in the literature are meant to maintain the normal functioning of the legal system, without submitting any holistic or systematic solutions. Finally, they consider the possibility that it would be the paradigmatic basis of the legal thinking that is the principal barrier for a global assessment of the problematic and for the implementation of efficient solutions.


Full Text:

PDF


DOI: http://dx.doi.org/10.22329/wyaj.v31i1.4310

Copyright (c) 2016 Emmanuelle Bernheim, Richard-Alexandre Laniel